Obtenir des informations sur les zones fréquentées dans Google Maps

Google Maps vous permet de savoir si certaines zones (un quartier ou un ensemble de rues, par exemple) sont plus fréquentées que d'habitude. Vous pouvez utiliser ces informations pour éviter ou explorer les zones fréquentées.

Quand verrai-je des zones fréquentées ?

Si une zone est très fréquentée, Google Maps l'indique lorsque vous ouvrez l'application. Si vous appuyez sur le libellé "Zone très fréquentée", un graphique s'affiche. Il présente l'affluence dans la zone à différentes heures de la journée, ainsi qu'un annuaire de restaurants, de magasins et de lieux de loisirs (un musée, par exemple) compris dans cette zone. Vous devrez peut-être faire un zoom avant sur une zone pour trouver des informations sur l'affluence.

Comment calculons-nous l'affluence dans une zone ?

Pour déterminer l'affluence globale dans une zone, nous combinons les tendances d'affluence en direct dans des endroits de cette zone (les magasins, les restaurants, les parcs, les cafés, etc.). Ces tendances indiquent le niveau de fréquentation habituel d'une zone. Lorsqu'elle devient fréquentée ou très fréquentée, nous lui associons le libellé "Zone très fréquentée" dans Google Maps. Pour protéger la vie privée de nos utilisateurs, nos systèmes ne calculent pas les informations sur la fréquentation de lieux résidentiels tels qu'une maison ou un appartement.

Pour déterminer les horaires d'affluence, les temps d'attente et la durée des visites, Google utilise des données agrégées et anonymisées d'utilisateurs qui ont activé l'historique des positions Google, qui est désactivé par défaut. Les horaires d'affluence, les temps d'attente et la durée des visites s'affichent pour les établissements qui reçoivent suffisamment de visites de la part de ces utilisateurs. Vous ne pouvez pas ajouter manuellement ces informations à votre établissement. Elles ne s'affichent par ailleurs que si Google dispose de suffisamment de données sur les visites pour votre établissement.

Nous utilisons la confidentialité différentielle afin que les données de fréquentation ne puissent pas être utilisées pour vous identifier. Si nos systèmes ne contiennent pas d'informations suffisantes pour fournir des recommandations précises et anonymes sur l'affluence, nous ne les publions pas. C'est pourquoi il arrive parfois que vous ne voyiez pas d'informations sur l'affluence dans une zone.

Comment définissons-nous une zone ?

Google Maps affiche déjà les "zones d'intérêt" sur la carte. Il s'agit de zones commerciales présentant de nombreuses activités. Pour calculer le taux de fréquentation d'une zone, nous combinons les tendances de fréquentation en direct de lieux tels que des magasins, des restaurants, des parcs, des cafés, etc. afin de déterminer le niveau de fréquentation global de cette zone. Lorsqu'elle devient fréquentée ou très fréquentée, nous lui associons le libellé "Zone très fréquentée" dans Google Maps.

Important :

Nous avons mis en place un certain nombre de mesures de protection pour préserver les communautés, y compris les suivantes :

  • Les données de fréquentation d'une zone ne révèlent jamais la position exacte d'une personne. Nous utilisons une technique avancée appelée "confidentialité différentielle" pour garantir que toutes les données restent anonymes, sécurisées et privées.
  • Nous n'affichons jamais le nombre total de personnes dans une zone. Au lieu de cela, lorsqu'une zone est considérée comme fréquentée par rapport à ses niveaux de fréquentation récents, nous l'indiquons.
  • Nous affichons la fréquentation pour la totalité d'une "zone d'intérêt" prédéfinie. Nous n'indiquons jamais où se trouve exactement une foule dans ces zones.
  • Nous ne calculons pas non plus les informations sur l'affluence dans les lieux résidentiels tels qu'une maison ou un appartement.
Ces informations vous-ont elles été utiles ?
Comment pouvons-nous l'améliorer ?
Recherche
Effacer la recherche
Fermer le champ de recherche
Applications Google
Menu principal
Rechercher dans le centre d'aide
true
76697
false