Empêcher la présence de logiciels malveillants dans le contenu des annonces

Google collabore activement avec des annonceurs et des partenaires de confiance afin d'empêcher la présence de logiciels malveillants dans les annonces. L'ensemble des éditeurs et réseaux publicitaires doivent suivre les recommandations relatives à la sécurité fournies sur le site https://anti-malvertising.withgoogle.com/ (en anglais).

La technologie exclusive et les outils de détection des logiciels malveillants de Google permettent d'assurer un contrôle régulier des créations. Les appels à une quatrième partie ou la sous-syndication vers des annonceurs ou des fournisseurs que nous n'avons pas certifiés sont interdits. Toute annonce utilisée pour distribuer un logiciel malveillant est automatiquement retirée du réseau afin de protéger les internautes. Tout acheteur autorisé dont la création contient un logiciel malveillant fera l'objet d'une suspension de trois mois au minimum. Si l'une de vos créations ne respecte pas les règles, découvrez comment résoudre le problème.

Créations qui déclenchent des redirections automatiques ou l'affichage de fenêtres pop-up

Les redirections automatiques sont une forme de publicité malveillante qui déclenche des clics automatiques et renvoie de manière inattendue les internautes vers un autre site dans leur navigateur ou application mobile lors de l'affichage. De la même manière, les fenêtres pop-up sont une forme de publicité malveillante qui affiche des boîtes de dialogue système sur la page du site Web et incite les internautes à cliquer.

Google interdit ce comportement et améliore régulièrement les protections destinées aux éditeurs. La grande majorité des demandes Ad Exchange et Google font appel à une infrastructure technique appelée "environnement de bac à sable" pour arrêter ces créations malveillantes dans Chrome et sur d'autres plates-formes.

Les autres places de marché, réseaux et partenaires dont les transactions s'effectuent via des enchères d'en-tête et des éléments de campagne peuvent ne pas avoir mis en place les mêmes règles et protections. Assurez-vous que vos sources de demande disposent de règles adéquates pour interdire ce comportement et protéger les utilisateurs.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Comment pouvons-nous l'améliorer ?