Formats de données compatibles et limites

Cet article concerne Google Maps Engine. Si vous utilisez Google Maps Engine Lite ou Pro, consultez plutôt l'aide de Maps Engine Lite et Pro.

Cet article décrit les formats compatibles et les limites pour les données sources importées dans Google Maps Engine. Il décrit également les limites maximales, le cas échéant, pour les éléments géographiques importés et affichés dans Google Maps Engine. L'API Google Maps Engine comporte différentes limites. Pour les connaître, consultez la documentation de l'API Google Maps Engine.

Si vous vous êtes inscrit en ligne pour essayer gratuitement Google Maps Engine, les limites sont plus restrictives. Pour en savoir plus, consultez l'article S'inscrire en ligne pour bénéficier d'un compte d'évaluation gratuit.

Cet article contient les sections suivantes :

Limites relatives aux éléments géographiques de Google Maps Engine

Calques

Calques dans une carte 100
Nombre de calques visibles simultanément dans une carte 2D L'API Google Maps et les clients construits sur l'API (y compris la visionneuse de carte 2D de Google) limitent le nombre de calques visibles simultanément à 15. Les calques qui se trouvent dans des dossiers sont pris en compte dans cette limite.
Nombre de calques visibles simultanément dans une carte 3D (globe) Dans Google Maps Engine, le nombre de calques n'est pas limité. Toutefois, les clients ne peuvent afficher qu'un nombre limité de calques pour pouvoir offrir une expérience utilisateur satisfaisante. Dans Google Earth, cette limite est généralement fixée à cinq ou six calques.
Nombre de calques de relief dans une carte 1
Sources de données vectorielles dans un calque 1
Sources de données d'images dans un calque 200 000
Sources de données KML dans un calque 1
Règles d'affichages dans un calque 200

Dossiers pour les calques

Dossiers dans une carte 10
Nombre de calques dans un dossier Le nombre de calques dans un dossier n'est pas limité. Cependant, seuls 15 calques de données vectorielles peuvent être affichés en même temps dans une carte. Par conséquent, si un dossier est verrouillé de telle sorte que tous les calques doivent être affichés simultanément, il doit contenir au maximum 15 calques. S'il contient plus de 15 calques, aucun ne sera visible.
Taille d'un dossier Pas de limite
Nombre de dossiers imbriqués autorisés 2
Nombre de dossiers auxquels un calque peut être ajouté Pas de limite

Mosaïque

Nombre d'images dans une mosaïque 200 000
Taille totale d'une mosaïque d'images 500 Go non compressés. Chaque image de la mosaïque doit respecter les limitations spécifiées dans la section Fichiers images : formats compatibles et limites.

Noms et descriptions des éléments

Noms
Nombre de caractères 128
Caractères autorisés Caractères d'un des codages suivants : UTF-8, CP1251, ISO 8859-1, Shift_JIS. Le codage doit correspondre au codage source spécifié dans la boîte de dialogue Importationde téléchargement.
Descriptions
Nombre de caractères 1 024
Caractères autorisés Caractères d'un des codages suivants : UTF-8, CP1251, ISO 8859-1, Shift_JIS. Le codage doit correspondre au codage source spécifié dans la boîte de dialogue Importation.

Étiquettes

Nombre de caractères 50
Caractères autorisés Tous les caractères du jeu de caractères UTF-8
Tags par élément 25
Tags par compte 5 000

Attributions

Nombre de caractères 256
Caractères autorisés Tous

 

Icônes personnalisées

Icônes personnalisées dans un calque 24
Taille d'image 32 x 32 pixels ou moins
Taille du fichier Moins de 100 000 octets
Format .png, .gif ou .bmp
Modèle colorimétrique RVB ou RVBA

 

Fichiers de données vectorielles : formats compatibles et limites

Les fichiers sources de données vectorielles peuvent être aux formats suivants :

Extension de fichier Type Détails
.shp Fichiers de forme ESRI Le fichier .shp doit être associé à un fichier .shx et un fichier .dbf. Les fichiers facultatifs de type .prj et .shp.xml sont compatibles.
.csv Fichiers de données séparés par des virgules Un fichier .csv peut être associé à un fichier .vrt pour définir de façon plus précise le type des champs. Voir Exemple de fichier VRT.
.kml ou .kmz Fichiers KML Reportez-vous à la section Fichiers KML : comportement lors de l'importation.
.tab Fichiers TAB MapInfo Un fichier .tab doit être associé à des fichiers .dat, .id et .map. Les fichiers facultatifs de type .ind sont compatibles.

Taille et limites de l'élément géographique

Le tableau ci-dessous répertorie tailles maximales liées à l'importation et à l'affichage de fichiers de source de données vectorielles à l'aide de l'interface utilisateur de Google Maps Engine. Ce tableau contient les limites garanties compatibles par le contrat de niveau de service de Google. L'importation d'ensembles de données dont la taille est supérieure à ces limites peut être possible, mais les valeurs supérieures à celles-ci ne sont pas couvertes par le contrat de niveau de service et sont considérées comme "expérimentales". Les limites expérimentales peuvent augmenter au fil du temps.

L'API Google Maps Engine comporte différentes limites. Pour les connaître, reportez-vous à la documentation relative à l'API Google Maps Engine.

*Des limites plus restrictives sont imposées aux comptes d'évaluation gratuits associés à un seul et unique projet.
Taille d'un fichier source vectoriel 1 Go
Nombre d'éléments géographiques 3 000 000*
Nombre d'attributs 550
Longueur d'un nom d'attribut 64 caractères
Longueur d'une valeur d'attribut 4 000 caractères
Sommets par élément géographique 100 000
Nombre total de sommets pour tous les éléments géographiques 15 000 000
Nombre total d'adresses à géocoder 100 000

Codage des caractères

Le texte des attributs dans une source de données vectorielles peut être codé selon la norme UTF-8, Shift-JIS ou ISO 8859-1. Lors du processus d'intégration, Google Maps Engine convertit l'intégralité du texte au format UTF-8.

En cas d'incohérence entre le type de codage défini lors de l'importation et le contenu du fichier, un nombre élevé d'éléments géographiques incorrects est indiqué sur la page Détails des données de la source de données. Vous pourrez créer des calques, puis des cartes à partir de cette dernière, mais les éléments géographiques seront manquants.

Projection

La projection des vecteurs est basée sur le système WGS84 (EPSG 4326) pour Google Earth et sur le système Mercator (EPSG 3857) pour Google Maps.

Types de géométrie

Pour les fichiers de forme et les fichiers CSV, les géométries compatibles sont les points et les multipoints, les lignes et les multilignes, et les polygones et les multipolygones.

Pour les fichiers KML, la géométrie peut être un <Point>, <LineString>ou un <Polygon>unique, ou plusieurs de ces géométries contenues dans un élément <MultiGeometry>. Le premier élém <Geometry> dans le fichier détermine le type de géométrie pour le reste du fichier.

Styles compatibles

Le style peut être modifié à travers les paramètres suivants : contour des polygones, remplissage des polygones, lignes continues, icônes, libellés et opacité.

Éléments géographiques incorrects

Au cours du processus d'intégration, Google Maps Engine rejette un fichier de données vectorielles s'il rencontre des problèmes avec la moitié des éléments géographiques, ou avec 100 d'entre eux, le plus petit nombre prévalant. Dans certains, Google Maps Engine corrige automatiquement le problème.

Fichiers VRT

Un fichier VRT doit accompagner un fichier CSV. Reportez-vous à la section Exemple de fichier VRT pour en savoir plus sur la création de fichiers VRT et sur les restrictions qui s'appliquent à ces fichiers.

Fichiers images : formats compatibles et limites

Formats

Google Maps Engine accepte les formats d'images suivants, avec les types de fichiers associés (side-car) :

Extension Type de fichier
.jpeg, .jpg JPEG
.jpg2 JPEG2000
.tif, .tiff GeoTIFF, TIFF
.sid MrSID
.png Portable Network Graphics

Taille

Maps Engine n'importe que les fichiers dont la taille est inférieure ou égale à 10 Go.

Certains navigateurs imposent parfois des restrictions supplémentaires. Aussi n'est-il pas rare que la taille des fichiers soit limitée à 2 Go. Si vous rencontrez des difficultés lors de l'importation, essayez d'utiliser les navigateurs Google Chrome ou Safari, dont les limites sont plus élevées sur certaines plates-formes.

Pour être traitée, une image non compressée doit avoir une taille inférieure ou égale à 100 Go. Pour certains formats, un fichier compressé de 10 Go est équivalent, mais pour le format fortement compressé MrSID, le fichier compressé doit être plus petit.

Pour déterminer la taille non compressée d'un fichier source compressé, utilisez la formule suivante. Le numérateur donne la taille non compressée en octets, et le dénominateur convertit le résultat en gigaoctets.

( (w*h)*b )/1 073 741 824 = taille-non-compressée-en-Go

Dans cette formule :

  • w est la largeur de l'image en pixels
  • h est la hauteur de l'image en pixels
  • b est le nombre de bandes
  • 1 073 741 824 est le nombre d'octets dans un giga-octet

Projection

La projection des vecteurs est basée sur le système WGS84 (EPSG 4326) pour Google Earth et sur le système Mercator (EPSG 3857) pour Google Maps.

Résolution

Google Maps Engine est compatible avec toutes les résolutions, de plus d'un kilomètre par pixel (faible résolution) à moins de 1,8 cm par pixel (haute résolution). Si vous importez des données avec une résolution encore plus précise que 1,8 cm par pixel, Maps Engine les sous-échantillonne à 1,8 cm.

Fichiers de relief : formats compatibles et limites

Détails Description
Formats compatibles GTiff (.tif .tiff)
SRTMHGT (.hgt)
USGDEM (.dem)
BAG (.bag)
DTED (.dt0, .dt1, .dt2)
Types de données L'un des types suivants : uint16, int16, uint32, int32, float32, float64
Bandes Plusieurs bandes sont autorisées, mais seule la première est utilisée.
Taille maximale du fichier 100 Go sans compression
Type d'unité Mètres (par défaut, voir Unit type pour savoir comment utiliser des valeurs exprimées en pieds)
Masque Modes compatibles : Aucun masque et Fichier de masque associé

Fichiers KML : comportement lors de l'importation

Lorsque vous importez un fichier KML dans Google Maps Engine, vous avez deux options :

  • Importer le fichier KML directement, pour qu'il soit hébergé tel quel. Dans ce cas, Google Maps Engine est compatible avec tous les éléments KML, et la taille du fichier source KML n'est pas limitée (voir Utilisation de sources de données KML). Les seules restrictions s'appliquent au niveau du client, et seulement si les utilisateurs se servent de Google Maps pour afficher les calques KML. Pour en savoir plus sur la compatibilité du langage KML avec Google Maps, consultez la présentation sur la compatibilité de Google Maps.
  • Convertir le fichier KML en un calque de données vectorielles Google Maps Engine lorsque vous l'importez. Dans ce cas, tout ce qui n'est pas un repère de point, de ligne ou de polygone dans le fichier KML est éliminé, et le style est attribué dans Google Maps Engine. L'avantage de cette méthode est que les données KML sont exposées et donc accessibles via l'API Google Maps Engine, et peuvent être stylisées comme un calque de données vectorielles.

Repères

Au moment de l'intégration, Google Maps Engine recherche les éléments <Placemark> et utilise le type de géométrie du premier élément <Placemark> pour définir le type de géométrie des repères suivants. Le type de géométrie doit être <Point>, <LineString>, <Polygon> ou <MultiGeometry> qui contient plusieurs de l'un des types de géométries primitifs.

Dossiers

Google Maps Engine n'est pas compatible avec la hiérarchie et ne conserve pas <Document> , ni <Folder> , mais extrait <Schema> et <Placemark> de la source.

Schéma personnalisé

Si un élément <Schema> existe, Google Maps Engine utilise chacun de ses éléments <SimpleField> pour définir un attribut vectorielde. Google Maps Engine associe les types spécifiés par les éléments <SimpleField> aux types d'attribut vectoriel "string", "numeric" ou "datetime". S'il existe plusieurs éléments <Schema> , le premier est utilisé.

Si l'élément <Document> ne contient pas d'élément <Schema> , le premier <Placemark> est utilisé comme modèle. Lorsque Google Maps Engine traite le premier <Placemark> :

  • S'il existe un élément <name> , un attribut vectoriel nommé kml_name est créé.
  • S'il existe un élément<description> , un attribut vectoriel nommé kml_description est créé.
  • Pour chaque élément <Data> sous <ExtendedData>, Maps Engine crée un attribut vectoriel.