Feedback Loop

Si vous envoyez des messages en grand nombre, vous pouvez utiliser FeedBack Loop (FBL) pour identifier les campagnes de votre trafic qui génèrent un volume élevé de réclamations de la part des utilisateurs Gmail. FBL est particulièrement utile pour les fournisseurs de services de messagerie, auxquels il permet de détecter toute utilisation abusive de leurs services.

Notez que les données FBL ne concernent que les destinataires @gmail.com.

Comment mettre en œuvre FBL

L'expéditeur devra intégrer un nouvel en-tête intitulé "Feedback-ID" et constitué de paramètres (appelés ) permettant d'identifier ses campagnes de manière unique. Les identifiants générant un taux inhabituel de spam et susceptibles d'entraîner des problèmes de transmission seront signalés dans le tableau de bord FBL de Postmaster Tools.

Format de l'en-tête

Feedback-ID: a:b:c:SenderIdFeedback-ID est le nom de l'en-tête à intégrer. a, b et c sont des champs facultatifs que l'expéditeur peut utiliser pour intégrer jusqu'à trois identifiants (campagne/client/autre). SenderId est l'identifiant unique obligatoire (composé de 5 à 15 caractères) choisi par l'expéditeur. Il doit être identique dans l'ensemble du flux des messages.

Informations sur les données

Les données globales seront générées pour les quatre premiers champs (séparés par les caractères ":") du Feedback-ID:, en commençant par la droite. Si SenderId est vide, aucune donnée ne sera générée. Si un autre champ est vide, des données seront générées pour les champs restants.

Afin d'empêcher toute tentative de spoofing du Feedback-ID, une signature DKIM doit être apposée sur le trafic envoyé à Gmail par un domaine appartenant à l'expéditeur (ou contrôlé par celui-ci) après l'ajout de cet en-tête. Pour que l'expéditeur puisse accéder aux données FBL, ce domaine doit être ajouté à la fonctionnalité Postmaster Tools de Gmail, et validé par celle-ci.

  • L'expéditeur doit s'assurer qu'il n'existe qu'un en-tête validé de ce type pour son trafic.
  • L'expéditeur devra publier les adresses IP à partir desquelles il envoie des messages dans les enregistrements SPF des domaines ayant fourni la signature. Les adresses IP d'envoi doivent être associées à des enregistrements PTR et à un nom d'hôte valide (de préférence l'un des domaines DKIM).
  • Des rapports FBL concernant le trafic d'un jour précis sont générés uniquement si un identifiant donné apparaît dans un certain nombre de messages et dans plusieurs rapports de spam envoyés par des utilisateurs.
  • Les données FBL sont cumulées séparément pour chaque identifiant, ce qui permet d'utiliser moins de trois identifiants, si nécessaire.
  • Pour le trafic d'un jour donné, l'expéditeur doit s'assurer que les identifiants ne sont pas répétés dans plusieurs champs de sorte que les données ne soient pas cumulées pour des identifiants sans rapport. Si le caractère unique de l'espace de noms de l'identifiant pose problème ou si l'expéditeur préfère répartir les données entre deux identifiants, le hachage d'un identifiant peut être ajouté au second.
  • Lors du choix de ses identifiants, l'expéditeur ne doit utiliser aucun paramètre unique pour chaque message (un ID de message unique, par exemple).

L'illustration ci-dessous propose un exemple :

Feedback-ID: CampaignIDX:CustomerID2:MailTypeID3:SenderIdCampaignIDX est un ID de campagne propre à Customer2 et globalement unique (c'est-à-dire que deux clients distincts ne peuvent pas utiliser le même ID de campagne).
CustomerID2 est un identifiant de client unique. MailTypeID3 est l'identifiant du type de message (newsletter ou informations sur un produit, par exemple). Il peut être unique ou commun à plusieurs clients, selon la manière dont l'expéditeur souhaite afficher les données.
SenderId est l'identifiant unique de l'expéditeur. Il peut être utilisé dans le cadre des statistiques générales.

Dans le cas ci-dessus, les pourcentages de spam seraient envoyés séparément pour chacun des quatre identifiants si un taux anormal de spam était détecté.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Comment pouvons-nous l'améliorer ?